De ce moment où je devais écrire un rapport de 3A et où j’ai fait le bilan de mon année

Bon, j’ai 15 000 articles en retard, sur Boston, le ski, les brunch, Québec, le printemps, la cabane à sucre, les ciels d’hiver, le Charlevoix etc. etc. etc.

Ce semestre a été plus intense – sur à peu près tous les plans sauf peut être sur celui universitaire – et j’ai eu du mal à rester au niveau. Promis, je me rattraperai une fois rentrée en France, je m’installerai dans le jardin au soleil sur le hamac et je vous raconterai tout – ou presque.

En attendant, mes cours sont finis, la chaleur est enfin revenue sur Montréal et j’en profite du mieux possible. Plus que 3 semaines… Et plus qu’une semaine pour écrire mon rapport de 3A.

Que je n’ai pas commencé. La principale raison est que ça m’emmerde et que je trouve ça bidon (genre, comparer les cultures, ce qui revient à nous demander presque directement de généraliser et de bullshiter, sérieusement…) Et aussi ça me fait repenser à cette année et finalement je me perds à penser à des choses que je ne pourrait pas écrire dans mon rapport. Donc j’ai décidé de l’écrire ici – promis, zéro bullshit et zéro généralisation.

Il est 3h du matin, ce ne sera peut être pas exceptionnel mais je me lance.

On ne va pas se mentir, cette année a été assez dure. Pas à cause de Montréal, j’aurai pu être n’importe où (oui, oui, même en France) ça aurait été aussi dur. On dit souvent que s’éloigner d’un problème ne le règle pas. Dans mon cas je ne pouvait de toute façon pas m’en éloigner, je l’ai bien ignoré et il a fini par empirer, mais au risque de me répéter ça n’avait rien à voir avec la 3A en elle-même. Oui je réalise bien que ces dernières phrases sont cryptiques et que vous ne comprenez sûrement rien, si vous êtes proches de moi vous avez peut être compris sinon vous pouvez toujours prendre des nouvelles, et sinon contentez vous de ça.

Mais j’ai commencé à régler les problèmes et je crois que c’est l’essentiel. Et ça c’est grâce à Montréal. Peut être en partie grâce à l’éloignement et en tout cas fort certainement grâce à certaines personnes que j’ai rencontrées ici. J’ai enfin pris le temps d’essayer de savoir qui j’étais. J’ai un peu fait ma crise d’adolescence à 20 ans. Il était temps. Ou était ce peut être ma crise de la quarantaine en avance. Il n’est jamais trop tôt. Qui sais.

Le point important dans tout ça c’est que j’ai survécu (et j’en suis sortie plus forte – oui ça parait bullshit et cliché mais ça ne l’ai pas, ou juste un peu).

Et j’ai changé de couleur de cheveux aussi (accessoirement).

Et, beaucoup moins accessoirement, j’ai rattrapé nombreuses de mes lacunes cinématographiques (cf. infra, thanks Mitch), notamment Star Wars – plus jamais ne serai je celle qui n’a pas vu Star Wars. C’est limite comme  » » » »perdre sa virginité » » » »: beaucoup de pression sociale et culturelle… pour pas grand chose (non je n’ai pas absolument adoré Star Wars – call me a snobby bitch – LOTR est clairement mille fois mieux, Retour vers le futur aussi)

Et j’ai appris à aimer la France – surtout pendant le premier semestre. Enfin, j’ai réalisé à quel point je l’aimais plutôt. J’adore Montréal et le Québec, mais je ne pourrais jamais faire ma vie ici. Bien sûr, il y a plein de choses et de gens et d’événements à critiquer en France (bref de quoi faire râler les français qui perdraient tant de leur charme sans ça). Mais il y a aussi tellement de choses absolument géniales, et qui m’ont manquée, et dont voici une liste non-exhaustive:

  • Nos (merveilleux) transports en commun (Je promet (d’essayer) de ne plus jamais râler contre la Ratp et de toujours me remémorer les bus de la Stm si jamais l’envie m’en prends)
  • Le vin à 3€
  • Notre urbanisme (et la beauté de nos villes et villages – sans rire)
  • L’inclusion des taxes dans le prix affiché
  • Le TGV (et les billets prem’s, et la carte 12/25, et les compagnies d’avion low-cost)
  • Les manifestations pour tout et tout le temps
  • Les petits cinémas d’art et d’essai parisiens (Cinémas Action mon amour, vous m’avez tant manqué)/ Les multiplex encore – parfois et en certains lieux – raisonnablement abordables
  • Le (vrai) café
  • Les (vrais) pains au chocolat
  • Le fromage dont le prix ne dépends pas de la quantité disponible à l’importation
  • L’absence totale de Fruit Loops (cette abomination céréalesque) et autres produits si éhontément industriels dans les supermarchés français
  • La vue sur le parc Montsouris (aka pouvoir observer les gens discretos depuis mon mini-balcon au quatrième étage)
  • La possibilité de porter autre chose qu’une doudoune et des bottes d’hiver pendant la moitié de l’année
  • Les Alpes (et les paysages français en général) (NB: peut être lié au fait que je ne soit pas allée dans les Rocheuses, et encore)
  • Pouvoir choisir mon médecin et en changer tant que je veux (et plus généralement notre système de santé)
  • Ne pas avoir besoin de m’endetter pour étudier
  • Payer un prix plus que raisonnable pour mon forfait de portable cellulaire
  • Admirer les Nymphéas (n’importe quand et gratuitement) (plus généralement: nos musées)
  • Ne pas avoir à payer pour une échographie (non je ne suis pas tombée enceinte, une échographie peut être nécessaire dans de nombreuses situations, don’t freak out)
  • Le printemps (seriously, on est passé du plus profond hiver à l’été en quelques jours)
  • Le fait que tous soit de façon générale moins commercial (exemple probant: les fêtes en tout genre, 100$ de budget moyen pour Halloween…)
  • Les français (même si on est tous snobs et chauvins et râleurs, je nous aime tendrement)
  • Les petits commerces de proximité
  • L’absence de frontières (aka l’UE)(les gardes frontières américains et leur toute relative sympathie ne vont probablement pas me manquer)
  • Ne pas avoir besoin d’un GPS pour me retrouver dans les stations de ski

Mais contrairement à ce premier semestre, ces derniers jours, je n’arrête pas de faire mentalement la liste de tout ce qui va me manquer, et je vous la livre également aujourd’hui dans le désordre et une fois de plus de façon non-exhaustive:

  • Les samosas de McGill ( ❤ )
  • Les soirées film avec Mitch (sans qui ma culture serait toujours honteuse et lacunaire)
  • Les nuits dans le bus (et les voyages de façon générale)
  • Les brunch (qui ne me ruinent pas)
  • Le multiculturalisme – et la tolérance en général (les gens portent des voiles ou des turbans, ou sont gays, ou pas et get over it, tout va bien, la Terre continue de tourner avec le Canada sur sa surface. En plus au passage grâce au multiculturalisme j’ai appris plein de nouvelles recettes – sérieusement, je sais faire des raviolis chinois maison – ce qui est trop cool.)
  • (en parlant de raviolis) Les week-ends chez X et YX, et les longues discussions avec YX
  • Passer au dessus d’un canal verdoyant quotidiennement
  • Les couleurs du ciel (aaah les coucher de soleil depuis ma fenêtre…)
  • Les sous-bois dans les stations de ski
  • La tire d’érable
  • Les mardis soirs à Cinema Politica
  • Pouvoir rire et parler avec un prof sans sentir le poids de la hiérarchie planer au dessus de nous telle une épée de Damoclès (je n’exagère pas du tout, du tout, ce n’est pas mon genre.)
  • Bosser Faire la sieste dans les sofas du SSMU (rien à voir avec le pauvre canapé Ikea du BDE)
  • Midnight Kitchen
  • Ne pas être abordée dans la rue quotidiennement pas des mecs lourds (et pourtant je n’habitais pas dans un quartier merveilleux de Montréal hein)
  • Les bus de nuit où il n’y a pas que des vieux mecs morts pilo et chelou
  • Avoir un four dans la cuisine
  • Winners & Dollarama (la.base.)
  • Pouvoir aller manger une poutine à 3h du mat
  • Le soleil et le ciel bleu en hiver
  • La neige, encore et toujours
  • Les écureuils à la place des pigeons
  • Les cours de Feminist et Gender studies qui ne sont pas du bullshit total voire sont totalement passionants, et au sein desquels j’ai pu vraiment débattre (au lieu de passer mon cours à débattre de ces sujets sur internet étant donné qu’à Sciences Po ce genre (huhu) de cours est définitivement nul)
  • N’avoir besoin que d’un papier d’identité pour loueur un appart/une chambre

Bien sûr tout cela sera plus ou moins dans mon rapport. Dans une forme édulcorée et bien présentée.

Mais si des futurs 3A ou futurs expatriés me lisent voilà quelques points essentiels à retenir:

– Les québécois ne sont pas plus gentils (ou moins gentils), que les autres être humains de cette planète en général, ou que les français en particulier. Ils sont humains. Oui ils font la ligne pour monter dans le bus, mais cela dit ils ne te laissent pas plus descendre du métro qu’un français. Oui certains sont adorables et feront tout pour que tu te sentes bien dans leur pays, d’autre n’en auront manifestement rien à faire, voire au contraire. Non ils n’adorent pas tous les français, n’oubliez pas que nous les avons abandonné face aux anglais. Voilà, voilà.

– La 3A n’est pas la meilleure année de votre vie. En tout cas je ne l’espère pas pour vous. Toutes vos années ont eu/auront du bon et du mauvais. Toutes contiendront de nouvelles expériences, rencontres et découvertes – ou en tout cas je vous le souhaite. Se dire avant et après la 3A que ce sera/c’était la meilleure année de votre vie a quelque chose de stressant et de très triste. La 3A n’est pas l’apogée de votre vie, la suite n’est pas une longue descente vers l’enfer de la vieillesse. Donc ne vous mettez pas la pression, cette année sera ce qu’elle sera: une année.

– Si vous ne voulez pas passer votre temps avec des français, fuyez. Montréal pullule de français, oui même McGill. Je n’ai pas dit que c’était mal (cf. mon point sur les français et mon amour pour eux), mais sachez le.

– Le Mont Royal n’a rien d’une montagne ou d’un parc, c’est en gros une sorte de colline boisée sillonée par une route groudronnée.

– L’hiver n’est pas si terrible. Oui on a eu des -40 degrés celsius mais ça n’a duré que 3 jours sur tout l’hiver. Et il ne neige pas constamment, juste quelques fois par an (certes, c’est toujours plus qu’en France). Et oui il y aura toujours de la neige autour de vous mais les voies de communication seront toujours déneigées rapidement. Et le froid est sec et le soleil brille souvent, ce qui est très agréable contrairement à la grisaille française. Et la vie continue (c.f. la Nuit Blanche, l’Igloo Fest etc.etc.)  Bref, ça va aller, vous n’allez pas mourir, loin de là.

Il est 4h12, je crois que cet article n’a ni queue ni tête et je suis fatiguée. Avec un peu de chance ma mère sera heureuse d’avoir quelque chose à lire et ma famille et mes amis me diront que ça les a fait rire. Mais peut être pas. En tout cas, si ils passent par là, qu’ils sachent qu’ils m’ont vraiment manqués et que finalement, la chose qui fait de la France le meilleur pays du monde à mes yeux c’est surtout le fait qu’ils y soient. Et comme je le dit souvent, peut importe le lieu, le temps ou ce que l’on fait, l’important c’est avec qui on le fait. J’ai hâte de n’être plus qu’à quelques heures (maximum) de TGV de vous tous.

Je sombre dans la mièvrerie la plus totale mais tant pis. Tout ça pour dire que, voilà, demain je commence ce foutu rapport.

Ah une dernière conclusion: les mecs féministes, c’est cool.

Bref, bref, demain, promis juré, j’écris ce rapport (ou pas)

De l’Automne Montréalais

N.B. Le début de l’article parle de météo et fait un usage irraisonné des majuscules – vous êtes prévenus.

Ca y est. J’ai acheté mon manteau en duvet, maintenant il commence à faire froid. Chaque jour, de plus en plus de gens dans la rue portent leur manteau en duvet. Pour ma part je m’accroche solidement à mon manteau français (le « sac poubelle » pour les connaisseurs, l’autre n’est pas assez long/chaud). Quand j’oublie mon écharpe, je cours la chercher en priant pour que ce putain de bus ne passe pas entre temps. La moi ado qui sortait en t-shirt et cheveux mouillés l’hiver a vraiment disparue. Bref, je sens le jour fatidique s’approcher, le jour où il fera tellement froid que je vais mettre LE manteau. Le flip c’est: et si j’ai encore froid même avec le manteau? PEUR. PEUR.

Mouliskov l’Esquimau – Pardon, l’Inuit.

Bref, bref, en attendant c’est encore l’automne même si la température est clairement celle d’un hiver français et que Sandy (enfin, ce qu’il en restait) a emporté toutes les feuilles colorées (le « Mont » Royal est assez triste du coup).

Avant/Après (bon on a quand même eu droit à un arc-en-ciel en guise de dommages et intérêts)

Il faut savoir que j’ai tendance à détester l’automne, à Paris il fait moche, gris, pluvieux et les feuilles sont maronnasses moches. A Montréal il a plus tous les weekend pendant tout le mois d’Octobre (vous n’aurez donc pas de photos des Laurentides…) MAIS au moins la semaine il faisait beau (et même parfois chaud (deux jours) été indien mon amour) et surtout les feuilles étaient TROP cool. Ca m’a fait pensé aux images qu’on te montre en primaire pour t’apprendre les saisons, le VRAI automne, la base.

Remontons le temps jusqu’au moment où il faisait presque beau les week-ends: fin septembre. X et Y m’ont proposé d’aller ramasser des pommes avec leur voisine J, une québécoise plus qu’adorable. Donc j’ai dit oui. Le principe c’est de payer un sac et de le remplir au maximum – tout en se gavant de pommes au passage. Trop cliché vous allez me dire? Bah figurez vous que la plupart des gens y vont au moins une fois par automne et que J était très étonnée que nous ne fassions pas ça en France. (Cela dit d’après Amina il y a des trucs du genre en Normandie, ça me donne envie d’exporter la tradition).

Risquer sa vie sur des échelles triangles bancales pour des pommes: Check.

Le petit problème c’est qu’à la fin de la journée tu as beaucoup trop de pommes pour ton petit estomac.Donc, compote, beurre de pomme, gelée de pomme (qui s’est transformée en caramel…), tartes aux pommes (cuite dans une poêle faute de plat à tarte, MacGyver style.), crumble…

Pâte feuilletée faite maison: Never.Again.

Et tient tant qu’on parle de nourriture, j’ai aussi fait de la soupe au potiron. Oui j’aime recréer des clichés dans la vraie vie, so what? Il ne me manquait plus qu’une cheminé pour la manger au coin du feu. Too bad.

Je suis sûre que même ma sista l’aurait aimée. C’est dire.

J’ai aussi fait de la tartiflette récemment. Oui bon c’est un plat d’hiver et c’est un article sur l’automne: je sais. Sachez que si vous comptez en faire une, ça vous coûtera limite moins cher d’importer le reblochon vous même. C’est la première fois qu’un commerçant m’a dit que les prix étaient haut parce qu’il n’y avait pas assez d’importations en ce moment. Donc le reblochon = luxe. Mais ce n’est pas l’effet Veblen qui me l’a fait acheter, c’est l’effet tout-le-monde-me-manque.

Voilà voilà pour ce qui est de la nourriture bouffe. Oui parce qu’ici on utilise le mot « bouffe » comme si c’était un mot normal et pas un mot à connotation péjorative. Genre le slogan de la chaîne de supermarché IGA (les plus chers et les plus « classes », genre Monoprix) est « Vive la bouffe! ». Ouais, ouais… Bienvenue en terres barbares.

L’automne c’est aussi Halloween. Et pas qu’un peu. Dès fin Septembre, Dollarama (le magasin qui m’a sauvé la vie à plusieurs reprises), était rempli de décorations, costumes et accesoires pour l’Halloween. Comme j’ai un côté rebelle je suis allée à une soirée anti-costume, mais comme j’ai un côté fun je suis aussi allée à une vraie soirée d’Halloween. MISN (l’équivalent mcgillois du Buddy Program sciencespiste) avait entièrement décoré une maison en mode maison hantée. C’était open-beer et open-bonbons. C’était cool. Je me suis donc trouvée une robe de Marylin Monroe sur Kijiji (un autre life-saver) que je suis allée chercher à l’autre bout du monde (non en fait j’ai juste traversé le Saint Laurent pour y aller, mais c’est déjà fou). Et je me suis renversée un tube de fond de teins vert et un tube de faux sang sur tout le corps. Parce que j’avais envie de faire vraiment peur. Mes colocs m’avaient bien fait comprendre que les filles étaient censées être sexy et que sinon j’allai être la fille bizarre (comme dans Lolita Malgrè Moi, si vous ne connaissez pas vous avez raté votre adolescence). Du coup j’ai trouvé un compromis: Marylin-Zombie (et la plupart des gens on reconnu Marylin malgrè le Zombie, contre toute attente). C’était très cool.

Amina, Rui, Emilie et moi 🙂

Oh et puis dans la série cliché, je suis allée à une soirée Storytelling avec une vieille dame qui raconte des histoire, des cookies et du chocolat chaud. Dans la série un peu moins cliché, on a fini la soirée avec Noémie (une autre que moi, je ne parle pas encore de moi à la troisième personne) et Katerina là:

Soirée Drag&Burlesque de Queer McGill

A part ça j’ai fini ma formation Excel, changé de couleur de couleur de cheveu, survécu à un tremblement de terre et été acceptée au programme Women in House, dans une semaine je serai donc à Ottawa en train de suivre Eve Peclet, députée à la Chambre des Communes (et ça c’est très très cool).

Amour et paix dans vos coeurs

De ma première poutine

Je pense pouvoir dire sans mentir que la Poutine était pour moi un passage obligé d’une année au Québec, passage obligé mais redouté. En effet la description n’est pas particulièrement alléchante. On parle ici de frites avec du « fromage » en grain (sorte de babibel en plus ferme et un tout petit peu plus goûtu) et de la gravy sauce (sauce brune, un peu type bbq). Tout cela se mélangeant joyeusement.

Hmm du fromage en grain! Miam miam!

S’ajoutent à ça que mes parents m’en avait fait un portrait peu reluisant + la vue répétée de sachet de fromage en grain au supermarché: c’était LE défi de l’année (Je n’exagère pas, McGill et partir vivre de l’autre côté de l’océan? Peanuts! (Haha)). Du coup, quand X m’a proposé d’y aller, j’ai dit Oui mais j’étais pas tout à fait rassurée. Le jour J j’avais prévu le coup et y suis allée en ayant bien faim comme il faut.

Nous sommes donc allés à La Banquise, restaurant spécialisée en Poutine et renommé pour sonn service de qualité et ce H24. A 21h, c’était plein, et on a fait la queue pour être placés. X n’a pas menti, les gens aiment vraiment ça! Jusqu’ici tout va bien.

Une fois installés, la carte en main, je suis confrontée à un dilemme: Classique ou pas? Pour une première fois je me dit qu’il vaut mieux prendre la Classique mais X me conseille de choisir des accompagnements. J’en choisi donc une avec du Bacon (du vrai, nord américain), des Oignons, des Poivrons et des Champignons. Ce qui donne ça:

Présentation non cautionnée par Chef Constant &cie

Quelques minutes plus tard ça donnait ça:

[Vide]

Certes j’avais très faim, mais ne vous fiez pas aux apparences: c’était plutôt bon! Et puis aussi comme le disent Mes Aïeux:

Et si la décence invite à déguster lentement son bol
Faut quand même faire ça vite, avant qu’les frites viennent molles !

Le fromage faisait bien couic couic sous la dent comme promis, et les frites étaient croustillantes dehors et fondantes dedans comme je les aime. Et ne parlons pas du bacon. Je ne mangerai probablement pas ça après un repas complet (ce que font régulièrement les gens apparemment…) mais j’y retournerai sûrement. Voire j’irai jusqu’à goûter une authentique Poutine de friterie, pour voir gouter la différence. En attendant, je vous conseille la Banquise, ne vous arrêtez pas à un fromage à l’air douteux.